Com & Web 2.0

5 Raisons pour que votre entreprise ne soit pas sur Facebook

Avez-vous encore le droit de ne pas avoir une page Facebook pour votre entreprise ? Il semblerait que non. Il semblerait même que cette question soit « blasphématoire », tellement Facebook est devenu le média social le plus important au monde et celui où tout le monde doit être présent…

Mon avis est que, dans l’absolu, les entreprises doivent toutes investir dans un média comme Facebook, exactement comme elles devraient, dans l’absolu, être présentes sur la télévision, les panneaux publicitaires, la presse, la radio… Mais ce qui est curieux, c’est que jamais vous n’entendrez quelqu’un vous culpabiliser pour votre absence sur un autre média ! Dans cet article, je vais essayer de présenter des raisons valables, à mon sens, de ne pas avoir une page Facebook pour son entreprise.

Raison N°1 : votre public ne s’y trouve pas

Cette raison semble tellement évidente ! Pourtant, on voit trop souvent d’entreprises ne pas en tenir compte. Pour que la communication d’une entreprise soit efficace, elle doit s’inscrire dans une démarche stratégique globale. Être sur Facebook doit être envisagé comme un moyen et non comme une fin. Dans sa démarche stratégique, l’entreprise doit d’abord déterminer ce qu’elle veut dire (le message), à qui elle veut le dire (la cible), comment elle doit le dire (forme / format) et enfin par quel moyen le dire (le canal). La question qui doit se poser ici, c’est « est-ce que Facebook est le meilleur canal pour transmettre mon message à mon public ? ».

Raison N°2 : vous ne pouvez pas gérer votre page

Et quand j’évoque l’incapacité de gérer une page, j’entends bien une capacité interne. En effet, la personne qui prend la parole au nom de votre entreprise sur Facebook doit bien la connaitre. Il ne faut pas oublier que cette prise de parole est publique, elle engage donc votre entreprise et peut l’exposer à de sérieux problèmes. Dans un précédent article, je faisais référence au fameux « caporal décisif » d’Emmanuel Bloch. Il explique le concept par le fait qu’un individu tout en bas de la hiérarchie peut commettre une erreur sur les réseaux sociaux, impliquant toute l’organisation. Ses faits et gestes sont perçus comme ceux de votre entreprise, n’allez pas ensuite expliquer que c’est un nouveau stagiaire à qui vous n’avez rien trouvé d’autre à confier!

Raison N°3 : votre entreprise n’est pas prête culturellement

Le web social, aussi connu sous l’appellation « web 2.0 », a opéré une véritable révolution dans la communication des entreprises. Avant son avènement, il suffisait de produire et de diffuser des contenus de communication. Les nouveaux médias, dont Facebook, ont mis fin à la communication unilatérale. Il faut désormais diffuser vos messages, mais surtout écouter votre public. Vous pouvez me rétorquer que cela ne posera aucun problème à votre entreprise ; mais avant, vous devez être certain que votre culture interne favorise le dialogue : est-ce que vos collaborateurs et vous pouvez recevoir des critiques, parfois virulentes, en public ? Est-ce que vous êtes capable de jouer la transparence (une transparence raisonnable) avec votre public ? Est-ce que vous résisterez à la forte tentation de censurer certains intervenants qui dérangent ? Bref, est-ce que vous êtes capable de vous adapter aux exigences des médias sociaux ?

Raison N°4 : vous ne pouvez pas être indépendant de Facebook

Beaucoup d’entreprises limitent leur présence sur le web à Facebook. Or, Facebook a prouvé à maintes reprises qu’il n’est pas digne de confiance. C’est une plateforme où les règles changent continuellement. Lors du lancement du système de fans pages, les entreprises se sont ruées dans la course de recrutement des nouveaux abonnés. Elles y ont dépensé de grandes sommes, car on pensait tous que c’était un investissement plus ou moins durable.

En effet, avoir une très grande audience et pouvoir la joindre gratuitement est une opportunité à ne pas négliger. Mais Facebook, à travers les changements qu’il a opérés sur son fameux Edge Rank – et qui font que pour rejoindre vos propres fans, vous deviez dépenser de l’argent (devinez chez qui), ou bien vous contenter d’un infime pourcentage de l’ensemble de votre public – a poussé beaucoup d’entreprises à revoir leurs plans. Si les piliers de votre stratégie sont entre les mains des autres, attendez-vous au pire.

Votre présence sur le web doit être planifiée à travers ce que vous êtes certain de maitriser, comme votre blog ou votre site web. Les plateformes imprévisibles doivent jouer un rôle qui convient à leur nature.

Raison N°5 : vous n’avez rien à dire

Précisons tout de suite que toutes les entreprises ont quelque chose à dire sur les réseaux sociaux, à part peut-être les entreprises limitées par la loi comme les fabricants de tabac, ou les entreprises tenues par la discrétion comme certains cabinets de lobbying ou les marchands d’armes. Mais pour les autres, les possibilités sont infinies. Le concept du contenu de marque, comme l’explique Jean-Noël Kapferer, est tout ce que votre entreprise a à dire lorsqu’elle a fini de parler de ses produits. Mais il ne s’agit pas de discussions improvisées, rappelez-vous que vos prises de parole sont publiques et qu’elles vous engagent entièrement. Rappelez-vous aussi que tout ce que vous direz doit être au service d’une stratégie globale.

Sur un autre plan, qu’en est-il de votre capacité à satisfaire votre clientèle ? Beaucoup d’entreprises renvoient leurs clients vers les centres d’appel et les sites web, ce qu’ils n’apprécient pas toujours. Il faut faire très attention au contrat tacite qui existe entre votre public et vous. Si vos fans estiment qu’ils ont le droit d’avoir des réponses là où ils les sollicitent, ne vous engagez pas à leur expliquer vos procédures internes pour enfin les renvoyer ailleurs.

Bref, attendez d’avoir une vision claire et intégrée de votre stratégie globale et de ce que vous avez besoin de dire sur Facebook avant de vous lancer.

Conclusion

Je reviens toujours aux fondements stratégiques de la communication, c’est la seule manière pour ne pas se laisser influencer par les modes, voire les reproches qui vous poussent à adopter certains canaux sans mûre réflexion. Les médias sociaux sont des outils, pensez à ce qu’ils peuvent faire pour vous au lieu de vous concentrer sur ce que vous pouvez faire pour eux. En oubliant d’en faire des moyens, vous en faites des fins… À qui ça profite ?

Publication initiale:
http://www.webmarketing-com.com/2016/03/10/46143-5-raisons-pour-que-votre-entreprise-ne-soit-pas-sur-facebook

Comments

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.